Ah ! Je reconnais que pour la factrice, ça n’est pas facile. Hélas, il me faut bien les tailler de temps en temps quand même. Et comme à chaque fois, j’ai de la peine à couper Monsieur Lierre et Dame Vigne-Vierge qui se sont acoquinés depuis bien longtemps. Ils sont beaux, pleins de vie et hop, je me demande ce qu’ils pensent lorsqu’ils me voient approcher avec mon seau et ma cisaille. Bien que je monte les prévenir la veille afin de les rassurer.

Arrivée près d’eux, Monsieur Lierre me dit en tremblotant : Aïe  aïe aïe ! Tu vas encore nous faire du mal avec cette horrible chose.  

Ma douleur n’est  pas la même que la sienne mais j’ai mal chaque fois qu’il me faut les couper.

_DSC0027

 

Mais au fond, ce qui me fait plaisir c’est qu’ils persistent et reviennent vite envahir et cacher un peu cette monstrueuse  boite en ferraille qui n’abrite plus maintenant que factures et impôts et, que je n’aime pas du tout. Elle est moche. Mais elle n’y peut rien la pauvre car, il y a bien longtemps que l’on ne la veut plus de bois. Et puis, moi aussi après tout, je suis moche. Alors...

 

Mais Monsieur Lierre lui, est assez discipliné quant à Dame Vigne Vierge, elle, s’en va batifoler partout. Mais comme elle est jolie.  Et chaque fois que je coupe une belle tige, ils se moquent de moi et me disent :

-          On s’en fout de toute façon dès ce soir nous pousserons encore plus vite.

-          Oui, je sais bien et je bien contente. Mais si je vous coupe, c’est que je n’ai pas le choix.  

-          On s'en fout nous commençons même tout de suite à repousser et il y aura encore plus de tiges.

-          Oui, vous avez raison, poussez dès maintenant car vous savez, moi, je n’aime pas ce qui est taillé pile poil.

Ils me regardent à chaque coup de cisaille. Et, ils ont bien raison d’être mécontents. Et je sais que dans huit jours rien n’y paraîtra plus. Des tiges sortiront de ci de là. Et je les complimenterai pour leur beauté. J’aime quand Dame Nature va là où elle en a envie. Nous n’aimons pas couper, tailler.

 

_DSC0028

 

Mais une fois terminé, je les câline et les réconforte. Et cette semaine, je leur ai dit ceci :

-          Ah ! Mes pauvres Titio, je sais bien que vous allez vite repousser et si vous saviez comme ça me fait plaisir. Je vous fais la promesse qu’un jour, que je vous laisserai aller là où vous voulez. Et au diable les gens mécontents. Et toi, Monsieur Lierre, tu serreras dans tes feuilles câlines cette petite boite aux lettres qui ne servira plus à rien et tu la protégeras en la cachant afin que personne ne le maltraite.

En écrivant ce texte un peu olé olé, il m’est venu l’idée toute simple et que je cherchais depuis quelque temps pour rendre  cette boite plus jolie. Et, Euréka ! J’ai trouvé.  Il me suffit simplement de la repeindre en… vert et de lui donner un petit coup de neuf. C'était pourtant simple.

 

matin hivernal mi-décembreJPG (6)

Un p'tit soleil de décembre 2009